Jumelage Lourdes Bethléem

lasemainedespyrenees.fr • Jeudi 3 mars 2016

Les dessous du Jumelage entre Lourdes et Bethléem


Le jumelage entre Lourdes et Bethléem a été finalisé mardi en Palestine en présence notamment
de Josette Bourdeu, maire de Lourdes et Josette Durrieu, Sénatrice des Hautes-Pyrénées.
Un aboutissement pour Josette Durrieu, qui s'est battue pendant plus de 10 ans avec son ami Bernard Sabella, député de Bethléem, pour arriver à un tel accord.

La Semaine : Depuis combien de temps vous battez-vous pour concrétiser un jumelage entre Lourdes et Bethléem ?

Josette Durrieu : Ce rapprochement entre Lourdes et Bethléem, je le souhaite depuis plus de 10 ans que je vais en Palestine et en Israël au titre de mes différentes fonctions en tant que membre et vice-présidente du groupe d'amitié France Palestine et France - Israël au Sénat, et présidente jusqu'à cette année de la commission Moyen-Orient du Conseil de l'Europe. Je n'oublie jamais que je viens des Hautes-Pyrénées et je n'oublie jamais quand je suis à Jérusalem ou à Bethléem que Lourdes fait partie intégrante du territoire que je représente. Lourdes et Bethléem sont deux grands sites religieux du Christianisme et du culte marial. Pour ceux qui croyaient en Dieu et ceux qui n'y croyaient pas :c'est une réalité... très forte. Et pour des laïques convaincus, dont je suis, la tolérance c'est le respect de l'autre et de ses croyances... en respectant «une prise de distance». Mais la réalité est aussi économique.
Et elle est également forte ! Lourdes est un pôle mondial de reconnaissance de la France et à plus forte raison des Hautes-Pyrénées. Conservons cette notoriété. Varions les activités. Le parc hôtelier est un équipement majeur pas seulement pour les pèlerins et les touristes... Mais aussi «les congressites». Où est la salle de congrès qui serait si opportune ?
Je trouve invraisemblable que l'on ne puisse pas se mobiliser autour de Lourdes.
Je suis fière de Lourdes lorsque je suis à l'étranger, je suis inquiète lorsque je suis en France. Il aura fallu plus de 10 ans pour rapprocher Bethléem et Lourdes avec mes partenaires et amis de ce territoire.
JosetteBourdeu, maire de Lourdes, a de suite répondu favorablement à ma demande lorsqu'elle a été élue maire et c'est pour cela que le dossier a abouti en si peu de temps. Son prédécesseur y était lui aussi tout à fait favorable mais il n'avait pas engagé les démarches minimums envers son
homologue de Bethléem. Il n'a pas été à la hauteur de ce que l'on attendait de lui.

Pourquoi ce jumelage est-il important ? Il y a bien entendu le côté cultuel, mais en ce qui me concerne, j'y ajoute des intentions fortes qui sont le rapprochement de nos peuples France - Palestine, de notre histoire religieuse, de notre jeunesse et le combat de la France pour la paix au
Moyen Orient. Je n'oublie pas que la France est protectrice des lieux saints. Arafat a su me le rappeler plusieurs fois lors des entretiens que j'ai pu avoir avec lui et notamment après une attaque par les Israéliens sur l'église de la nativité.

Il y a aussi le côté économique. Bethléem,c'est plus de 2 millions de visiteurs par an.
C'est l'un des sites religieux chrétiens les plus visités avec Jérusalem. Le tourisme cultuel à Lourdes, c'est environ 700 000 pèlerins mais selon les événements, c'est 3 à 5 millions de personnes. La fréquentation de Lourdes est en baisse et cela d'une façon dangereuse et redoutable. Il est important d'agir et de réagir à cette baisse de fréquentation. C'est l'affaire de tous.

Ne vous êtes-vous pas découragée ?
Non. Je n'ai jamais pour habitude de baisser les bras. On y est arrivé pour plusieurs raisons. Il y a eu tout d'abord ma persistance à proposer ce jumelage à tous les maires de Bethléem que j'ai rencontrés.L'idée a suivi son chemin jusqu'à finir par aboutir. J'ai eu aussi la chance pendant 5
ans d'avoir au Conseil de l'Europe comme collègue au quotidien le député chrétien palestinien, de Jérusalem Est, Bernard Sabella, qui lui aussi a cru en ce projet. Lors d'une rencontre à Bethléem en octobre2014 où j'étais accompagnée de Marie, ma petite-fille, Bernard et moi avons décidé
que nous foncions. Lui était avec sa fille.Nous avons dit quelles seraient les marraines.
Nous ne savions pas que nous y arriverions.
Nous sommes allés voir le consul général et nous en avons informé toutes les autorités palestiniennes. Véra Baboum, maire de Bethléem, qui est une très forte personnalité, a dit oui tout de suite. Elle a répondu favorablement à cette proposition comme l'avait accepté Josette
Bourdeu. Et c'est ainsi qu'au mois de mai de l'année dernière, a eu lieu à Lourdes en présence de Véra Baboun une première rencontre.
Que peut apporter ce jumelage entre les deux villes ?
Cela doit permettre de développer le tourisme et ses activités dérivées. Le tourisme religieux et cultuel en premier lieu mais aussi le tourisme en général, première activité économique des Hautes-Pyrénées en termes de chiffres d'affaires. Le tourisme religieux fait de Bethléem et de la Palestine un État aussi puissant en termes d'attractivités économiques et financières que le
Vatican. Cela doit permettre aussi de développer les moyens de transport (liaisons avions et charters notamment). Il doit aussi permettre de rapprocher nos peuples et notamment notre jeunesse. Cela va aussi permettre des rencontres de cultures différentes (musique, art, poésie...), cela peut aussi déboucher sur la création d'un festival, la célébration d'événements (fêtes
religieuses, anniversaires, pèlerinages...), la création d'un site internet commun mais aussi des projets pédagogiques (écoles, échanges, vacances...). Cela peut aussi permettre de lancer une coopération technique et un échange d'expérience autour de thématiques comme l'eau (potable,
l'irrigation) et l'écologie (entretien et protection de l'environnement, gestion
des déchets).

Comment réagissez aux difficultés que rencontrent Lourdes ?
Je les redoute. Lourdes est un pôle sûr et fort. Lourdes et l'aéroport sont les deux piliers
de l'économie des Hautes-Pyrénées avec Tarbes en 3ème position. Heureusement que par d'autres ont été créées les structures universitaires. On ne peut que regretter que Tarbes ne s'affirme pas comme pôle économique. Ça dure. Moi, je n'arrête pas de le dire et cela ne me vaut
pas que des amis. Si on passe à côté de la réalisation de la grande agglomération, on sera passé à côté et on n'y reviendra pas de sitôt. Certains sont toujours là pour passer à côté des grandes occasions. Leur responsabilité est engagée.
Il faut aider Lourdes au maximum et avec toutes les forces politiques du moment.

Patrick Sacristan


Repères
Bethléem est située en Cisjordanie, une région de Palestine, à environ 10 km au sud de Jérusalem, qui compte 30 000 habitants, essentiellement des Palestiniens musulmans.
La ville compte une petiten communauté de chrétiens palestiniens, une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde. Son agglomération s'étend aux villes de Beit Jala et Beit Sahour.
La ville est un important centre religieux. La tradition juive, qui l'appelle aussi Éphrata, en fait le lieu de naissance et de couronnement du roi d'Israël David. Elle est considérée par les chrétiens comme le lieu de naissance de Jésus de Nazareth. C'est un lieu de pèlerinage qui génère une activité économique importante à la période de Noël. La ville est également le siège d'un
lieu saint du judaïsme, le tombeau de Rachel, situé à l'entrée de la ville.
Depuis 1995, aux termes des accords d'Oslo, la ville est sous administration de l'Autorité
palestinienne.